Dévoilement des projets retenues par RECYC-QUÉBEC pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Dévoilement des projets retenues par RECYC-QUÉBEC pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Pour faire suite à l'appel à propositions qui s'est clôturé en juin 2022, le temps est maintenant venu de dévoiler les projets visant à lutter contre le gaspillage alimentaire qui ont été retenus.

Cet appel de propositions s’inscrit dans le cadre du Plan d’action 2019-2024 de la la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, visant à contribuer à la réduction du gaspillage alimentaire et confirme la réduction à la source comme le moyen en amont le plus efficace pour y parvenir.

Pourquoi lutter contre le gaspillage alimentaire ?
Saviez-vous que près du quart des émissions de GES du système bioalimentaire sont issues d’aliments perdus ou gaspillés? En effet, la lutte au gaspillage alimentaire est vue comme la stratégie prioritaire à adopter pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C par les scientifiques du Project Drawdown.

 

Pour découvrir la liste complète des projets acceptés, c'est ici : Projets de lutte au gaspillage alimentaire

 

Objectif : Réduction et Réemploi
Les projets soutenus concernent des matières principalement générées au Québec et visent au moins une des deux approches suivantes de prévention du gaspillage alimentaire :

  • Réduction à la source : Initiatives pour réduire les quantités générées de surplus, pertes ou gaspillage alimentaires d’aliments initialement destinés à l’alimentation humaine, à toute étape du système bioalimentaire.
  • Réemploi : Initiatives visant à ce que les surplus, les pertes, le gaspillage ou les résidus alimentaires générés soient maintenus dans les circuits pour l’alimentation humaine directement (ex. : dons) ou suivant une étape de transformation (ex. : déshydratation, broyage).

Les stratégies de prévention telles que la réduction à la source et le réemploi peuvent servir à prévenir et atténuer ces impacts négatifs alors qu’on estime que 71 % des émissions de GES sont générées dès l’étape de la production alimentaire.

Partager :
1424
Auteur de la page

Julie Desjardins

Travailleure autonome