Dossier transition énergétique - Un défi collectif sans précédent

Source photo : Pixabay

Article entièrement repris de la Revue Gestion, HEC Montréal

Rédigé par Johanne Whitmore et Eloi Lafontaine-Beaumier. 

La transition énergétique que nous pressent d'amorcer les scientifiques les plus crédibles du monde entier n'est pas la première de l'histoire de l'humanité. Mais celle-ci est d'une toute autre nature que les précédentes. Examen de cet immense défi collectif.

L’expression « transition énergétique » a été largement popularisée ces dernières années. Pourtant, il n’y a pas de façon objective communément acceptée de définir cette transition ni d’en mesurer l’ampleur. Dans le monde des affaires, elle est souvent présentée comme un choix absolu entre l’environnement ou l’économie. Or, il s’agit là d’un faux débat.

L’humanité n’en est pas à sa première transition énergétique. Les transitions précédentes ont été motivées par l’accès à des sources d’énergie plus performantes. Un saut remarquable s’est produit lorsque nous sommes passés de la biomasse (principalement le bois), dont le rendement est faible, aux combustibles fossiles (le charbon d’abord, le pétrole ensuite), dont le rendement est élevé, comme source principale d’énergie.

L’ère des hydrocarbures (charbon, pétrole et gaz naturel) a accéléré la transformation de quantités sans cesse croissantes de ressources en biens et a favorisé un essor économique à l’échelle de la planète, en plus d’améliorer substantiellement les conditions de vie de collectivités entières. Les hydrocarbures ont ainsi contribué à la fois à structurer nos économies modernes et à façonner nos attentes en matière de croissance économique. Toutefois, depuis le milieu des années 1990, on remarque que la croissance du PIB québécois a été plus rapide que celle de la consommation d’énergie et que l’intensité énergétique de l’économie a également décru, signe que nous faisons tout de même quelques progrès. Or, afin de respecter l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la Politique énergétique 2030 du gouvernement du Québec (cet objectif équivalant à une baisse des émissions globales de 18 % sous le niveau de 1990), il faudra, au cours des 11 prochaines années, plus que doubler la baisse des émissions de GES provenant de la consommation d’énergie que le Québec est parvenu à réaliser depuis 1990, soit au cours des 28 dernières années.

Mais en ce qui a trait à la transition énergétique actuelle, qu’est-ce qui la rend unique par rapport aux précédentes ?

Cliquez-ici pour lire la suite de l'article et connaitre la réponse à cette question. 


Modéré par : Manon Boiteux

Autres actualités dans "Documentation"

Guide pour la planification et la gérance de chantier – La réduction à la source des matériaux et résidus de construction

Publié le 21 mai 2019 - 12:23

Le Conseil du bâtiment durable du Canada – Québec (CBDCa-Qc), est heureux d’annoncer la publication officielle du Guide pour la planification et la gérance de chantier « La réduction à la source des matériaux et résidus de constructio (...)

Circular economy potential for climate change mitigation

Publié le 23 avril 2019 - 14:53

Texte entièrement repris de Deloitte.  Dans l’enquête Circular economy potential for climate change mitigation, Deloitte Développement Durable a développé une méthode pour évaluer l’empreinte carbone liée à la fabrication des produits (...)

Dossier transition énergétique - L'énergie au Québec

Publié le 10 avril 2019 - 16:58

Article rédigé par Johanne Whitmore dans Revue de Gestion HEC Montréal.  Quel est le portrait énergétique du Québec ? Si nous le comparons aux autres pays, le Québec se situe au sommet du classement des régions les plus énergivores (...)


  • Publié le 08 avril 2019 - 16:55 GMT
    par Manon Boiteux|Quebeccirculaire.org
    Vue 222 fois
 Transition énergétique




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités