Économie circulaire au Québec : opportunités et impacts économiques

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ), le Conseil Patronal de l’Environnement du Québec (CPEQ) et Éco Entreprises Québec (ÉEQ) ont dévoilé une première étude portant sur les potentiels et les perspectives de l’économie circulaire pour la prospérité du Québec.

Dans le contexte où les différents paliers gouvernementaux commencent à s’y intéresser, à l’instar de plusieurs juridictions dans le monde, il était important pour ces organisations de mener une première réflexion de fond, au bénéfice des entreprises. 

Cette étude a été effectuée par une équipe d’experts issue de l’Institut de l’environnement, du développement durable et de l’économie circulaire (I-EDDEC) et du Groupe de recherche en Gestion et mondialisation de la technologie (GMT) de Polytechnique Montréal. 

« Les nouvelles attentes des consommateurs, conjuguées aux efforts planétaires de réduction des impacts de l’activité humaine, justifient pleinement que l’on s’intéresse à de nouveaux modèles tels que l’économie circulaire, qui nous rendent plus efficaces et productifs, tout en réduisant les coûts sociaux et environnementaux », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ. « Afin de commencer à pouvoir évaluer les applications et les opportunités de l’économie circulaire pour différents secteurs, il nous fallait mener une première réflexion sur la base des connaissances existantes, pour identifier les leviers et les freins politiques à sa mise en œuvre. » 

Retombées, freins et leviers 

L’étude s’appuie sur une analyse des politiques reliées à l’économie circulaire, ainsi qu’une recension exhaustive de la plus récente documentation disponible sur le sujet. Elle identifie des secteurs à fort potentiel, des freins et leviers économiques, technologiques et sociaux, de même que ceux associés aux politiques publiques. 

« L’économie circulaire permettrait de réduire l’impact environnemental, mais également d’obtenir des gains de productivité, d’efficacité et de rentabilité, en plus de stimuler la recherche d’innovation et de disposer d’un fort potentiel entrepreneurial », souligne Hélène Lauzon, présidente du CPEQ. « Dans le cadre de cette transformation, de nombreuses occasions d’affaires s’offrent aux entreprises et nous avons donc tout à gagner à améliorer notre compréhension de ce concept et de ces retombées, ainsi que de développer les outils permettant d’identifier les secteurs et les flux de matières à potentiel de débouchés commerciaux.» 

L’étude explore ainsi cinq stratégies différentes de l’économie circulaire à travers des études de cas d’entreprises québécoises : le recyclage, le réusinage et le reconditionnement, l’économie de fonctionnalité, la symbiose industrielle et l’économie collaborative. 

Les travaux menés au cours des derniers mois ont conduit à une série de recommandations articulées autour de deux volets : l’approfondissement des connaissances d’une part, l’accompagnement du marché et des entreprises, d’autre part. 

« Diverses stratégies, mécanismes et outils peuvent être adoptés pour reconnaître et stimuler les secteurs et les procédés à fort potentiel d’implantation de l’économie circulaire. Pour ce faire, il est toutefois primordial que les différents paliers de gouvernement mettent en place des conditions règlementaires facilitantes et des mesures fiscales et financières susceptibles d’accompagner les entreprises et les institutions dans leurs démarches », de conclure Maryse Vermette, présidente-directrice générale de ÉEQ. « La récupération et le recyclage sont au cœur de l’économie circulaire en offrant un système visant à donner une deuxième vie aux matières recyclables et ce, localement. Plusieurs conditionneurs et recycleurs sont déjà bien implantés au Québec et il faut poursuivre les efforts pour stimuler l’innovation et créer de la valeur ajoutée avec ces matières qui doivent être considérées comme de véritables ressources secondaires et non plus comme des déchets ». 

La revue de la littérature internationale identifie clairement sept secteurs industriels qui pourraient bénéficier avantageusement d’une transition vers l’économie circulaire. « Plusieurs de ces secteurs ont une contribution importante au PIB du Québec », selon Marcellin Joanis, professeur responsable du groupe de recherche GMT à Polytechnique Montréal.

Au cours des prochains mois le Conseil du patronat du Québec (CPQ), le Conseil Patronal de l’Environnement du Québec (CPEQ) et Éco Entreprises Québec (ÉEQ) s’investiront à mieux faire connaître les potentiels de l’économie circulaire pour le Québec et inviteront les différents paliers gouvernementaux, particulièrement au niveau provincial, à poursuivre leurs travaux en faveur de sa plus large émergence et à stimuler les investissements publics et privés. 

Parallèlement, les trois organisations estiment que la réalisation d’une modélisation pour le Québec, à partir de données spécifiques, serait essentielle afin de mieux prédire les retombées nationales en matière, par exemple, de croissance du PIB, de création d’emplois et de réduction des gaz à effet de serre. 

Pour consulter l’étude Économie circulaire au Québec : opportunités et impacts économiquescliquez ici

 

Conseil du patronat du Québec : 
Nadine Légaré, Conseillère principale – Communications et relations médias 
nlegare@cpq.qc.ca Bureau : 514-288-5161 poste 243 Cell. : 514-265-5471 
Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 70 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec. www.cpq.qc.ca 

Conseil Patronal de l’Environnement du Québec :
Hélène Lauzon, Présidente directrice générale du CPEQ, 
Bureau : 514-393-1122 
Créé en 1992 par des représentants des grands secteurs industriels et d’affaires du Québec, le CPEQ constitue l’organisation parapluie qui représente le secteur d’affaires du Québec pour les questions reliées à l’environnement et au développement durable en coordonnant les objectifs de ses membres. Le CPEQ regroupe plus de 250 entreprises et 37 associations parmi les plus importantes au Québec qui génèrent plus de 300 000 emplois directs et affichent des revenus combinés de plus de 45 milliards. 

Éco Entreprises Québec : 
Christelle Comsel, Conseillère en communication, Éco Entreprises Québec, 
ccomsel@eeq.ca Bureau : 514-987-1491, poste 261  
Éco Entreprises Québec (ÉEQ) est un organisme à but non lucratif privé représentant les entreprises qui mettent sur le marché québécois des contenants, emballages et imprimés dans leur responsabilité de financer les coûts des services municipaux de collecte sélective efficaces et performants.  À titre d’expert, ÉEQ optimise la chaîne de valeur de la collecte sélective et met en place des approches innovantes, dans une perspective de développement durable et d’économie circulaire. 

Groupe de recherche en gestion et mondialisation de la technologie :
Le GMT fédère des professeurs de l’École ayant une expertise en sciences sociales et en génie. Leurs travaux portent sur des problématiques stratégiques pour les organisations et les sociétés, au confluent des disciplines de la gestion et de l’économie: entrepreneuriat technologique, innovation, internationalisation des affaires, risques, production et développement durables, politiques publiques. Le Groupe vise à contribuer de façon originale aux réflexions qui s’inscrivent dans un contexte de développement technologique fulgurant, où le développement économique ne peut plus se faire sans tenir compte des impacts sociaux, humains et environnementaux.

Institut Environnement, développement durable et économie circulaire 
Fondé en avril 2014, l’Institut EDDEC a pour mission de soutenir et promouvoir la formation, la recherche, l’action et le rayonnement de l’Université de Montréal, HEC Montréal et Polytechnique Montréal, en matière d’environnement, de développement durable et d’économie circulaire, dans un esprit de partenariat et d’interaction entre les trois établissements et la communauté. Ayant accès au plus grand bassin de scientifiques francophones au Canada en EDDEC, l’Institut couvre ainsi tout le spectre des disciplines scientifiques, des sciences humaines et sociales aux sciences économiques et aux sciences naturelles, en passant par l’ingénierie.
L’ouvrage collectif publié en 2016 « Économie circulaire, une transition incontournable » est téléchargeable gracieusement ici : http://bit.ly/2cY5Jqc
Contacts :
Daniel Normandin, Directeur exécutif – Tel : +1 514-340-4711, poste 2152  daniel.normandin@instituteddec.org
Stéphanie Jagou, Chargée de projets   stephanie.jagou@instituteddec.org


Modéré par : Manon Boiteux

Autres actualités dans "Documentation"

Guide pour la planification et la gérance de chantier – La réduction à la source des matériaux et résidus de construction

Publié le 21 mai 2019 - 12:23

Le Conseil du bâtiment durable du Canada – Québec (CBDCa-Qc), est heureux d’annoncer la publication officielle du Guide pour la planification et la gérance de chantier « La réduction à la source des matériaux et résidus de constructio (...)

Circular economy potential for climate change mitigation

Publié le 23 avril 2019 - 14:53

Texte entièrement repris de Deloitte.  Dans l’enquête Circular economy potential for climate change mitigation, Deloitte Développement Durable a développé une méthode pour évaluer l’empreinte carbone liée à la fabrication des produits (...)

Dossier transition énergétique - L'énergie au Québec

Publié le 10 avril 2019 - 16:58

Article rédigé par Johanne Whitmore dans Revue de Gestion HEC Montréal.  Quel est le portrait énergétique du Québec ? Si nous le comparons aux autres pays, le Québec se situe au sommet du classement des régions les plus énergivores (...)


 Diagnostic




Recherchez

Entrez votre propre mot-clé



Autres actualités