Les 12 stratégies de circularité: Économie collaborative

Dans le cadre de son appel à initiatives 2020, Québec Circulaire fait le tour de ses 12 stratégies de circularité. Définitions, exemples, et portraits d'acteurs, découvrez cette semaine les stratégies d'économie collaborative !

L’économie collaborative regroupe une grande variété de stratégies commerciales et de modèles d’échanges permettant de maximiser l’usage des biens et produits en circulation dans le marché. Allant des initiatives citoyennes aux plateformes commerciales comme Kangaride et Bizbizshare, l’économie collaborative est en plein essor au Québec comme à l’échelle internationale. On évalue que l’économie collaborative frôlera 335 G$ d’ici 2025, comparativement à 15 G$ en 2014. Si certains secteurs comme l’hébergement, la mobilité et l’alimentation ont déjà amorcé cette transition, il n’existe aucune organisation et territoire qui ne soit encore susceptible d’être touché par l’émergence des pratiques collaboratives.

Son essor génère de nouveaux enjeux complexes (responsabilité, qualité, sécurité, taxation, etc.) qui nécessitent la contribution de plusieurs acteurs et disciplines pour y répondre. Au Québec, le Groupe de travail en économie collaborative a formulé douze recommandations visant à retirer collectivement les bénéfices de l’économie collaborative et d’en accompagner les transformations de façon informée, responsable et transparente.

Le milieu académique est également moteur de cette transition, en particulier l’Observatoire de la consommation responsable et le Laboratoire d’économie collaborative et de fonctionnalité de l’Institut EDDEC.

Statistiques Canada publiait une étude pour mieux définir cette économie et les enjeux qu'elle entraîne, notamment au niveau fiscal. Cette économie complexe, implique en effet une grande diversité de parties prenantes, avec des transactions souvent internationales. Entre autres, cette étude avait également mis l’accent sur certaines des caractéristiques les plus saillantes et uniques de l’économie du partage, c’est-à-dire :

  1. La technologie facilite les transactions commerciales. La présence croissante de plateformes numériques permet aux fournisseurs de biens et de services de commercialiser aisément leur offre et d’entrer facilement en contact avec les consommateurs.
  2. Les possibilités et options disponibles pour louer ou emprunter des produits plutôt que les acheter ou les acquérir sont de plus en plus nombreuses. Les personnes utilisent leurs biens existants pour fournir des services sur le marché.
  3. Les échanges commerciaux prennent fréquemment la forme de transactions entre particuliers. Les particuliers offrent de plus en plus des services que proposaient traditionnellement des entreprises.

 

L’Économie Collaborative - Portraits d'acteurs

Guillaume Lavoie, Président du GTEC

L’économie circulaire suppose d’optimiser l’utilisation des ressources qui circulent déjà dans nos sociétés. C’est ce que Guillaume Lavoie nous explique à travers les principes de l’économie collaborative, l’une des douze stratégies de circularité. 

Cette vidéo vous a plu ? Découvrez en davantage sur l'économie circulaire en vous inscrivant à notre MOOC 

Vous avez une initiative en économie circulaire ? Participez à notre appel à initiatives !


 Économie Collaborative

Modérateur

  • Dernière modération le 22/04/2020 - 20:21

    Auteur de la page


  • Autres actualités

    Plus d'articles

    Sur les mêmes thèmes

     Économie Collaborative