Une seconde vie pour la robe de mariée | Noémiah

Une seconde vie pour la robe de mariée | Noémiah

«Pour qu’un vêtement soit durable, il importe avant tout qu’il soit aimé, et cela implique qu’il ait été conçu avec soin». La designer derrière Noémiah nous invite à repenser notre rapport à la mode, notamment à travers un nouveau projet de teinture tinctoriale. Du design à la fabrication, l’exigence de qualité qui oriente le travail de Noémie Vaillancourt va de pair avec le refus de la vitesse et le souci de réduire au maximum son empreinte écologique. 

Est-ce que la robe de mariée finit toujours sous une housse au fond d’un garde-robe? Noémie Vaillancourt s’est penchée sur la question dans le cadre de sa collection Cher amour.

Une collection écoconçue

À plusieurs étapes de la création de cette collection, Noémie Vaillancourt a pris des décisions radicales qui ont affecté les silhouettes tracées dans son carnet de croquis. N’ont été utilisés ni fermeture à glissière, ni entoilage, ni boutons de plastique, mais plutôt des ressources à faible impact, biodégradables et non toxiques.

Taillée exclusivement en soie (organza, charmeuse, tulle et crêpe), une fibre naturelle et durable, la collection Cher amour a été réfléchie, en outre, dans la perspective d’une réutilisation de la robe de mariée.

Une deuxième vie 

L’objectif est de prolonger la vie de la fameuse robe blanche en offrant la possibilité de la teindre une fois le grand jour passé. Noémie Vaillancourt offre ainsi une gamme de teinture tinctoriale (teinture à base de plantes aux propriétés colorantes) conçue spécialement pour Noémiah.

En plus de donner une valeur inestimable au morceau teint, son utilisation nous incite à réfléchir à nos habitudes de consommation. Elle nous lie à notre territoire, nous ouvre à des connaissances ancestrales et nous invite à un autre rapport au temps.

Pour découvrir la collection Cher amour de Noémiah et vous laisser inspirer par sa démarche, visitez: noemiah.com

Partager :
1474
Auteur de la page

Noémie Vaillancourt

Présidente

Modérateur

Emilie Chiasson

Conseillère en communication - Économie circulaire