GESTION DES MATIÈRES RECYCLABLES ET DE LA BIOMASSE DES INSTALLATIONS D'ARCELORMITTAL PAR RESSOURCES DE RÉINSERTION LE PHARE

  • 2020-06-19 22:28:20
  • /
  • Quebeccirculaire.org
  • /
  • 336

Un partenariat au service de l'humain et de l'environnement

  • Nature de l'initiative :
  • 99 Portage des mousses Port-Cartier, Québec G5B 1C9
  • Date de début : janvier 2005

ArcelorMittal, par l’entremise de ses installations à Mont-Wright et Port-Cartier, achemine des matières recyclables, de même que de la biomasse industrielle, aux installations de Ressource de réinsertion Le Phare. En 2018, ce sont plus de 100 tonnes de matières recyclables et plus de 225 tonnes de bois qui ont été redirigées vers l’organisme à but non lucratif (OBNL) basé à Port-Cartier. 

Objectifs visés

Dans une optique d’amélioration continue, ArcelorMittal cherchait à bonifier ses pratiques de gestion des matières résiduelles à ses installations de Mont-Wright et Port-Cartier, respectivement d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada (AMEM) et d’ArcelorMittal Infrastructure Canada (AMIC). Les deux entreprises se sont donc tournées vers l’organisme Ressource de réinsertion Le Phare afin de valoriser certaines matières résiduelles qu’elles acheminaient vers des lieux d’enfouissement techniques, le tout dans l’optique de réduire leur empreinte environnementale. Qui plus est, ArcelorMittal croyait en la mission sociale de l’organisme établi à Port-Cartier, c’est-à-dire offrir des emplois adaptés à des personnes ayant des limitations fonctionnelles. 

Stratégie(s) de circularité concernée(s)

  • Don et revente
  • Écologie industrielle
  • Recyclage et compostage

Résultats obtenus

AMEM et AMIC acheminent leurs matières recyclables aux installations de Ressource de réinsertion Le Phare, notamment au centre de tri et à l’écocentre. Les installations de l’OBNL comportent également un entrepôt, un magasin de réemploi et un centre de transfert. Parmi les matières recyclées revalorisées par l’organisme à but non lucratif, on dénombre : le papier journal, le carton, le papier déchiqueté, les sacs et la pellicule plastique, le verre, les conserves en métal, l’aluminium domestique, les canettes consignées, les métaux ferreux, les plastiques de catégorie 1,2,4,5 et 7 ainsi que la biomasse forestière et industrielle. Deuxième au Québec quant à son taux d’achalandage, le magasin de réemploi permet quant à lui de détourner plusieurs objets des sites d’enfouissement de la région. En 2018-2019, Ressource de réinsertion Le Phare a offert une seconde vie à plus de 100 tonnes d’articles en tout genre à l’aide du magasin de réemploi.
Le bois provenant d’ArcelorMittal représente près de la moitié de la quantité totale de bois reçue et valorisée par Ressources de réinsertion Le Phare. Le bois récupéré par l’organisme est notamment utilisé pour alimenter une fournaise à biomasse qui produit l’énergie nécessaire au chauffage de l’écocentre, du centre de tri et du magasin de réemploi. L’unité de chauffage brûle trois tonnes de bois par jour. Considérant qu’elle est en activité huit mois par année, la fournaise à biomasse détourne près de 600 tonnes de bois des sites d’enfouissement de la région, en plus d’éviter une trentaine de déplacements de camions entre Port-Cartier et Sept-Îles, soit 6 240 kilomètres par année. L’installation de la fournaise à biomasse s’est traduite par des économies en électricité se chiffrant autour de 54 000 $ annuellement.
En plus de contribuer à réduire les coûts de chauffage de Ressource de réinsertion Le Phare, les économies rattachées à la valorisation du bois provenant des installations d’ArcelorMittal permettent de soutenir les salaires de deux personnes ayant des limitations fonctionnelles. Ces dernières, de même que 64 autres personnes ayant de telles limitations, forment un contingent d’employés essentiels au bon fonctionnement du centre de tri. Malgré l’automatisation de plusieurs installations du genre au Québec, Ressource de réinsertion Le Phare mise encore sur le tri manuel des fibres. Sur la table de tri, chacun des employés voit manuellement au tri des matières, tandis que l’écocentre accueille les résidus domestiques dangereux, l’ameublement, les électroménagers, les résidus verts et le matériel réutilisable. Les distinctions octroyées par Recyc-Québec tendent à donner raison à l’organisme, alors que le centre de recyclage a terminé premier parmi les 25 centres de tri au Québec en 2018-2019 quant à la qualité des fibres recyclées.
La collaboration entre ArcelorMittal et Ressource de réinsertion Le Phare va plus loin que la récupération de bois et de matières recyclables. En avril 2019, l’organisme a assisté AMEM lors de l’arrêt pour maintenance de l’usine de bouletage à Port-Cartier. Alors que bon nombre d’intervenants ont été mobilisés lors de cet exercice, l’expertise de Ressource de réinsertion Le Phare a permis d’optimiser le recyclage des pièces usagées et des matériaux d’emballage, réduisant ainsi la quantité de déchets destinés au lieu d’enfouissement technique de Sept-Îles.
Cette initiative, favorisée par la proximité des installations d’ArcelorMittal avec celles de Ressource de Réinsertion Le Phare, contribue à l’implantation d’un modèle économique circulaire en région, où les ressources s’avèrent souvent limitées. 
Retombées économiques
Création d’emplois
Les économies liées à la valorisation du bois provenant des installations d’ArcelorMittal permettent de soutenir les salaires de deux employés de Ressource de réinsertion Le Phare. Bien que l’organisme compte sur des subventions pour embaucher une quarantaine de travailleurs au salaire minimum, à 35 heures par semaine, il emploie tout de même 66 personnes. De plus, tous les employés travaillent 40 heures par semaine et gagnent plus que le salaire minimum. L’apport financier d’entreprises régionales, telles AMEM et AMIC, est donc essentiel afin que Ressource de réinsertion Le Phare poursuive sa mission environnementale et sociale.
Augmentation de la collaboration régionale
ArcelorMittal a conclu une entente avec Ressource de réinsertion Le Phare pour la disposition du matériel retiré de ses installations de Port-Cartier et de Mont-Wright. Toute personne intéressée à ces matières doit faire directement affaire avec le magasin de réemploi de l’OBNL. Le sentiment d’appartenance au magasin de réemploi est bien ancré dans la population de Port-Cartier, alors que certains organismes profitent également de celui-ci pour s’approvisionner en matériaux de toutes sortes. Dans la lignée du partenariat avec ArcelorMittal, Ressource de réinsertion Le Phare a récemment annoncé un partenariat avec la société minière IOC pour l’achat d’un dépoussiéreur, par le biais d’une commandite de 10 000 $.
Prolongation de la durée de vie des produits
La biomasse industrielle provenant des installations d’ArcelorMittal est transformée par Ressource de réinsertion Le Phare en plaquette énergétique ou paillis. Si elle n’est pas brûlée par l’organisme pour faire fonctionner sa fournaise à biomasse, celle-ci est vendue aux citoyens et aux organismes de la région. Les conserves de métal acheminées à l’organisme sont quant à elles envoyées à ArcelorMittal pour être transformées en d’autres conserves de métal à l’usine de l’entreprise située à Contrecœur. Ressource de réinsertion Le Phare a su profiter des synergies industrielles possibles dans sa région et a développé de nombreux débouchés à travers la province pour les produits recyclés lui étant acheminés.
Retombées environnementales
Diminution de la quantité de déchets et augmentation de la part de matériaux recyclés
Plutôt que d’acheminer le matériel retiré de ses installations de Port-Cartier et de Mont-Wright vers les sites d’enfouissement de la Côte-Nord, ArcelorMittal a conclu une entente avec Ressource de réinsertion Le Phare pour la disposition de celui-ci. Pour l’année 2018 seulement, Ressource de réinsertion Le Phare a procédé à la valorisation de 100 tonnes de matières recyclables et de 225 tonnes de bois provenant des installations d’ArcelorMittal.
Augmentation de la part d’énergie renouvelable dans la consommation globale
Ressource de réinsertion Le Phare mise sur une fournaise à biomasse afin de produire l’énergie nécessaire au chauffage de l’écocentre, du centre de tri et du magasin de réemploi. Le bois provenant d’ArcelorMittal représente près de la moitié de la quantité totale de biomasse reçue et valorisée par l’organisme.
Diminution des émissions de gaz à effet de serre
La fournaise à biomasse brûle trois tonnes de bois par jour. Considérant qu’elle est en activité 200 jours par année, l’écocentre diminue l’enfouissement de 600 tonnes de bois par année et évite ainsi plus de 30 voyages de camion entre Port-Cartier et Sept-Îles, l’équivalent de 6 240km par année. 
Retombées sociales
Augmentation du bien-être psychosocial
Pour les employés de Ressource de réinsertion Le Phare ayant une limitation fonctionnelle, le fait de travailler au centre de tri leur amène beaucoup de fierté et leur permet de développer une plus grande autonomie.
Amélioration de l’intégration des personnes ayant des limitations fonctionnelles
La mission de Ressource de réinsertion Le Phare est de créer des emplois de qualité pour les personnes ayant des limitations fonctionnelles sur la Côte-Nord. L’obtention, en 2001, de l’accréditation de centre de travail adapté permet l’embauche de personnes devant composer avec une limitation fonctionnelle ou ayant de la difficulté à se trouver un emploi.

Principale(s) ressource(s) concernée(s)

  • Bois
  • Carton et papier
  • Matières organiques
  • Métaux
  • Plastiques, caoutchoucs et autres polymères
  • Ressources humaines
  • Verre

Porteur(s) de l'initiative

  • Ressources de réinsertion Le Phare
  • Économie sociale, OBNL
  • Collecte de déchets
  • 99 Portage des mousses Port-Cartier, Québec G5B 1C9
  • Éric Aubin
  • lephare@globetrotter.net
  • data/sources/users/3274/ressources-de-reinsertion-le-pharelogo.jpg

Partenaire(s) de l'initiative

  • ArcelorMittal Exploitation minière Canada s.e.n.c. (AMEM)
  • Dans une optique d’amélioration continue, ArcelorMittal cherchait à bonifier ses pratiques de gestion des matières résiduelles à ses installations de Mont-Wright et Port-Cartier, respectivement d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada (AMEM) et d’ArcelorMittal Infrastructure Canada (AMIC). Les deux entreprises se sont donc tournées vers l’organisme Ressource de réinsertion Le Phare afin de valoriser certaines matières résiduelles qu’elles acheminaient vers des lieux d’enfouissement techniques, le tout dans l’optique de réduire leur empreinte environnementale.


  • ArcelorMittal Infrastructure Canada s.e.n.c. (AMIC)
  • Dans une optique d’amélioration continue, ArcelorMittal cherchait à bonifier ses pratiques de gestion des matières résiduelles à ses installations de Mont-Wright et Port-Cartier, respectivement d’ArcelorMittal Exploitation minière Canada (AMEM) et d’ArcelorMittal Infrastructure Canada (AMIC). Les deux entreprises se sont donc tournées vers l’organisme Ressource de réinsertion Le Phare afin de valoriser certaines matières résiduelles qu’elles acheminaient vers des lieux d’enfouissement techniques, le tout dans l’optique de réduire leur empreinte environnementale.

Lien(s) Web

  • https://amq.metrio.net/indicators/economie_circulaire/strategies_de_circularite/ecologie_industrielle
  • https://www.amq-inc.com/system/resources/W1siZiIsIjIwMjAvMDYvMTcvMTkvNDQvNDkvOGIxNzE2ZDUtNGRjMS00NTkxLTk1M2MtYjM1NzU1ZDVkM2Y4L0FNUS1FY29ub21pZUNpcmN1bGFpcmUtd2ViMS0wNjExMjAyMC5wZGYiXV0/34b21801688498da/AMQ-EconomieCirculaire-web1-06112020.pdf
  • https://ressourcelephare.ca/

  • Auteur de la page


  • Autres initiatives internationales

    Plus d'initiatives

    Sur les mêmes thèmes