Zibi, récupération de chaleur industrielle

Tous les besoins de chauffage du projet Zibi sont comblés par des pompes à chaleur utilisant comme source l'eau de procédé d'une papetière avant son rejet à la rivière.

Détails du projet

  • Structure porteuse : Zibi, réseau d'énergie thermique de quartier
  • Nature de l'initiative : Moyenne et grande entreprise
  • Périmètre : 16
  • Localisation : 10A rue Jos-Montferrand, Gatineau, J8X 0C1
  • Date de début : janvier 2018

Stratégies de circularité

  • Consommation responsable
  • Écologie industrielle
  • Écoconception
  • Approvisonnement & consommation responsable
  • Optimisation des opérations
  • Valorisation
  • Entretien et réparation
  • Économie de fonctionnalité
  • Recyclage et compostage
  • Économie collaborative
  • Location
  • Don et revente
  • Reconditionnement
  • Toutes les stratégies
Description

Le quartier Zibi est un ambitieux projet de développement urbain durable situé de part et d’autre de la rivière des Outaouais, à Gatineau et à Ottawa. Celui-ci consiste en la réhabilitation des terrains appartenant autrefois à la papetière Domtar, afin d’y construire des bâtiments à vocation résidentielle, commerciale ou culturelle. Ce projet est conçu en fonction des principes du système de certification One Planet afin d’en garantir la performance environnementale.

Afin de permettre l’intégration d’une source d’énergie renouvelable à faible émission de gaz à effet de serre tout en maintenant un coût énergétique abordable, le projet fait appel à un réseau énergétique de quartier; celui-ci est séparé en deux sections distinctes. La portion québécoise du quartier est alimentée par une boucle d’échange thermique qui sert, selon la saison et le profil de charge, à l’apport ou au rejet d’énergie thermique des pompes à chaleur situées dans chaque bâtiment. La portion ontarienne, quant à elle est alimentée en eau de chauffage à basse température, en eau à haute température pour la production d’eau chaude domestique et en eau refroidie pour la climatisation.

Les deux sous-réseaux ont pour origine la centrale d’énergie de quartier située à Gatineau. Tel que mentionné précédemment, le quartier Zibi limite le plus possible les émissions de GES reliées au chauffage. Pour y parvenir, l’énergie thermique produite par des combustibles fossiles est remplacée en quasi-totalité par la chaleur récupérée sur l’eau de procédé de l’usine papetière Kruger située à proximité et par l'hydroélectricité québécoise qui alimente l'ensemble des pompes à chaleur du projet. 

Objectifs visés

Zibi met l'accent sur le développement communautaire, la durabilité et l'efficacité énergétique. De plus, les promoteurs du projet visent l'obtention de l'accréditation One Planet Living, une première pour le Canada. L'une des conditions pour obtenir cette certification est que les sources d'énergie du développement soient zéro carbone. Cette exigence est directement liée aux problèmes énergétiques contemporains, à savoir la disponibilité décroissante de sources d'énergie à base de carbone ainsi que la quantité croissante d'émissions de CO2. Le concept de réseau d'énergie urbain a été développé pour respecter cet engagement.

Stratégie(s) de circularité concernée(s)

  • Écologie industrielle
  • Écoconception
  • Approvisonnement & consommation responsable
  • Optimisation des opérations
  • Valorisation

Résultats obtenus

Côté Québec
Les bâtiments situés du côté du Québec sont équipés de pompes à chaleur intégrées qui rejettent ou extraient la chaleur du réseau thermique urbain tempérée (DTL). Chaque bâtiment est raccordé au DTL au moyen d’une station d’échange thermique (ETS). En été, les thermopompes locales rejettent leur chaleur dans le DTL. En hiver, les thermopompes puisent de l’énergie du DTL. En hiver, les thermopompes locales produisent du glycol réfrigéré à environ 2°C afin de refroidir au maximum le DTL. Le DTL est par la suite acheminé à la station d’échange de chaleur chez Kruger afin de refroidir le rejet d’eau de production. Par conséquent, l’eau de production de Kruger est refroidie de 22°C à 5.5°C, générant ainsi un potentiel de récupération de 9.5 MW.

Coté Ontario
Du côté Ontario, les bâtiments sont alimentés par trois réseaux d’eau : chauffage basse température, chauffage haute température et eau réfrigérée. Afin de réduire la quantité de tuyaux à installer, le réseau de chauffage basse température et le réseau d’eau réfrigérée utilisent la même tuyauterie, avec un mode de changement en fonction de la température extérieure. En effet, en été, le réseau circule de l’eau réfrigérée, en hiver, de l’eau de chauffage. Les bâtiments ayant des charges de refroidissement hivernales plus élevées que leur charge de chauffage sont alimentés en eau réfrigérée par une boucle distincte. Cette boucle sert à récupérer la chaleur de ses bâtiments pour la partager avec les bâtiments ayant une plus grande charge de chauffage. La centrale thermique alimentant le côté Ontario est située au Québec.

Principale(s) ressource(s) concernée(s)

  • Energies renouvelables
  • Autres

Autre mots-clés en lien avec l'initiative

Valorisation rejets de chaleur industrielle
Porteur(s) de l'initiative

Porteur(s) de l'initiative

  • Services d'énergie de quartier Zibi GP inc.
  • Entreprise, commerce, industrie
  • Construction
  • 1554, Carling Avenue, suite 55, Ottawa (Ontario) K1Z 7M4
  • Scott Demark
  • scottd@theiapartners.com

Partenaire(s) de l'initiative

  • Eequinox
  • Firme de génie conseil spécialisée en efficacité énergétique


  • Poly-Énergie inc.
  • Entreprise projets spéciaux en efficacité énergétique

Mise en oeuvre

Étapes de mise en oeuvre

Le projet Zibi situé à la frontière du Québec et de l'Ontario dans les villes de Gatineau (24 acres) et d'Ottawa (13 acres) constitue un seul écoquartier fonctionnel.

L'écoquartier Zibi est un milieu de vie intégré qui offre à ses occupants une grande variété de types d'habitation, de commerces de proximité, de lieux de travail, de lieux de loisirs et même des hôtels permettant aux visiteurs de passage de s'imprégner des qualités du lieu.

L'énorme potentiel du site s'articule autour de sa localisation sans pareille sur les rives et même au milieu de la rivière des Outaouais ainsi que de sa proximité du centre-ville actuel de Gatineau. Cette localisation permet et justifie une densification et une mixité des usages pour les immeubles qui y sont construits.

Faisant littéralement le pont entre deux villes et deux provinces, l'écoquartier se démaque par une intégration complète autant des transports collectifs que des initiatives audacieuses de développement durable au niveau de l'électrification des transports, des pistes cyclables et des réseaux pédestres.

Le réaménagement et la dépollution de l'ancienne friche industrielle permettent de ramener sur le site des espaces verts de loisirs et de créer des milieux que se réapproprient la faune et la flore à même les berges renaturalisées autour de l'écoquartier.

Bien que situé près d'une rivière importante, il n'en demeure pas moins que les gestes nécessaires sont posés et les systèmes adéquats sont mis en oeuvre pour que la consommation de l'eau par les occupants du site soit de moitié de celle de la moyenne régionale.

Les infrastructures urbaines, que ce soit au niveau des voies publiques ou des espaces privés, sont toutes axées sur l'utilisation de solutions novatrices permettant d'augmenter leur efficacité tout en réduisant leur coût d'entretien à court et à long terme. Il s'est agi d'une tâche ardue compte tenu des conditions de localisation et climatiques du site.

Zibi compte sur un réseau d'énergie de quartier entièrement axé sur l'énergie renouvelable qu'est l'électricité de source hydroélectrique. Ce réseau d'énergie dont les points de production d'énergie thermique en chauffage ou en refroidissement sont tous situés du côté québécois de l'Écoquartier alimente deux types de réseau souterrain de tuyauterie, soit un de type "échange thermique / boucle d'eau mitigée" pour les immeubles utilisant des pompes à chaleur (secteur québécois) et un de type "chauffage / refroidissement" pour les immeubles utilisant des unités terminales hydroniques (secteur ontarien). Le réseau peut aussi compter sur la récupération de chaleur à partir de rejets thermiques industriels d'une papetière.

Le mesurage continu des consommations d'énergie électrique ou thermique est considéré par les promoteurs comme essentiel au succès de la politique de sensibilisation aux besoins énergétiques de l'écoquartier. L'accès en direct aux informations de consommation d'énergie et s'il y a lieu aux consommations d'eau potable constitue selon les partenaires du projet un des meilleurs outils à mettre à la disposition des résidents en matière d'efficacité énergétique globale.

Défis

Évidemment l'acquisition de l'ensemble des terrains situés dans deux provinces, pour en faire un quartier intégré a été le principal défi. Par la suite, ouvrir la voie à une entente contractuelle permettant la récupération de chaleur industrielle a aussi été laborieux mais finalement couronné de succès.

Leviers

La collaboration avec le milieu et l'acceptabilité, même pour les groupes autochtones d'un territoire non cédé, de projet par la population locale ont été le levier qui a permis la mise en oeuvre du projet.

Outils et méthodologies utilisés

Des études minutieuses des besoins énergétiques ont été réalisées à l'aide de simulations poussées des performances énergétiques des immeubles autant par les firmes de génie impliquées que par des tierces parties chargées de confirmer les résultats. De même, les paramètres financiers ont fait l'objet d'une série d'évaluation regroupant toutes les variables financières pouvant toucher le projet durant son exécution.

Sources de financement de l'initiative

En plus de l'investissement du promoteur du projet, du financement ou des aides financières ont été recueillis auprès du Fonds Vert des Municipalités, d'Hydro-Québec, de Transition Énergétique Québec et de Ressources Naturelles Canada.

+ d'infos

Lien(s) Web

 https://zibi.ca/fr/
Partager:
Auteur de la page

Claude Routhier

Conseiller projets spéciaux

Modérateur

Utilisateur