ÉTUDE SUR LES BESOINS DE MAIN-D’ŒUVRE DANS LES CENTRES DE TRI AU QUÉBEC

  • 2020-08-14 21:58:23
  • /
  • Quebeccirculaire.org
  • /
  • 87

Description

Le plan d’action 2019-2024, découlant de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles, possède plusieurs objectifs visant à réduire les quantités de matières éliminées, notamment :

 En recyclant 75 % du papier, du carton, du verre, du plastique et du métal; et

 En recyclant ou en valorisant 70% des résidus de construction, de rénovation et de démolition (CRD).

L’industrie de la récupération et de la mise en valeur des matières résiduelles est un secteur d’activités mondialisé, qui occasionne des retombées économiques considérables. Au Québec comme ailleurs, le déploiement de ce secteur stimule l'atteinte des objectifs gouvernementaux en matière de performance environnementale en plus de créer de nouveaux emplois.

Selon une étude d’Emploi-Québec, publiée en 2016, 1 372 200 postes seront à combler entre 2015 et 2024 au Québec (Emploi-Québec, 2016). Ce manque de main-d’œuvre résulte, entre autres, du vieillissement de la population et d’une croissance notable de l’économie québécoise. (Dodier, 2019). Les secteurs du transport et de l’environnement sont parmi les secteurs les plus touchés par une pénurie de main-d’œuvre au Québec. (Dodier, 2019; Pinard, 2019). En effet, le sous-secteur des centres de tri est particulièrement touché par cette pénurie en raison des profils d’emplois requis et de sa croissance rapide.

Dans ce contexte, EnviroCompétences souhaite dresser un diagnostic de la main-d’œuvre à l’échelle provinciale. Chamard stratégies environnementales (Chamard) a donc été mandaté afin d’évaluer le niveau d’emploi actuel, les besoins en main-d’œuvre présents et futurs et les grands enjeux d’attraction et de rétention de cette industrie. L’un des principaux objectifs de l’étude est de définir une liste de postes repères et leur définition, afin de mieux comprendre les besoins en maind’œuvre de ce secteur.

Pour y arriver, une enquête a été menée auprès de 86 centres de tri (CDT) recensés pour les besoins de l’étude et actuellement en opération sur le territoire québécois. Parmi ceux-ci, on compte 23 CDT de matières recyclables, 53 CDT de résidus de CRD et 10 CDT de matériel électronique. Au total, 46 entreprises ont accepté de participer à l’enquête réalisée à l’hiver 2020.

Ce rapport présente les résultats de l’enquête ainsi que plusieurs constats concernant les différents types de CDT, les profils d’emploi ainsi que les besoins de main-d’œuvre dans ce sous-secteur. 



 Tri

Auteur de la page

  • Sur les mêmes thèmes

     Tri