Première pelletée de terre pour Matrec, une division de GFL et Éco Entreprises Québec à Montréal-Est

Première pelletée de terre pour Matrec, une division de GFL et Éco Entreprises Québec à Montréal-Est
Le 27 octobre, le secteur de la gestion des matières résiduelles de Montréal a franchit une nouvelle étape avec le début officiel de la construction de son futur centre de tri des matières recyclables à l'Est de l'île de Montréal. Cet événement marque une avancée significative dans la transition vers un modèle plus durable de gestion des déchets, et les acteurs clés se sont réunis à l'occasion de la première pelletée de terre.

 

Le futur Centre de tri de Montréal-Est: un tournant majeur

Ce projet, réalisé grâce à la collaboration entre Éco Entreprises Québec (ÉEQ) et Matrec, une division de GFL Environnemental, démontre un engagement envers la valorisation des matières recyclables. L'une des caractéristiques clé de ce centre de tri est son engagement envers la haute qualité du tri et la traçabilité, grâce à l'utilisation de technologies de pointe et au savoir-faire québécois. Cette nouvelle infrastructure, prévue pour être opérationnelle en janvier 2025, marque une étape majeure dans la modernisation du système de collecte sélective au Québec.

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, souligne l'importance de ce projet : "Ce futur centre permettra un tri d'environ 150 000 tonnes de contenants, d'emballages et d'imprimés qui seront annuellement détournés de l'enfouissement. Ce n'est pas banal quand on sait qu'il y a près d'un million de tonnes de matières recyclables entrant dans les centres de tri au Québec annuellement."

Un engagement envers l'écologie et l'emploi

La mairesse de l'arrondissement de Verdun, Marie-Andrée Mauger, partage des perspectives optimistes : "Nos engagements envers la lutte aux changements climatiques sont ciblés et ambitieux. Pour les atteindre, il faut d'abord réduire à la source notre consommation, mais aussi changer de paradigme dans la gestion des matières résiduelles. Le Centre de tri de Montréal-Est est un symbole de la modernisation du système de la collecte sélective et constitue un important jalon vers la carboneutralité de la métropole du Québec."

De plus, la mairesse de Montréal-Est, Anne St-Laurent, souligne l'impact positif sur l'emploi et la communauté : "À terme, ce centre de tri de 3e génération engendrera plus de réutilisation, donc moins de pollution, tout en étant synonyme de création d'une centaine d'emplois."

Le rôle clé des producteurs dans la collecte sélective

Denis Brisebois, président du conseil d'administration de Éco Entreprises Québec, met en avant un changement fondamental dans l'industrie : "Pour les producteurs responsables de la collecte sélective, la construction de ce centre de tri vient changer le portrait de cette industrie au Québec en mettant la responsabilité élargie des producteurs au cœur du système."

Ce projet est le premier investissement significatif de ÉEQ en tant qu'organisme de gestion désigné de la collecte sélective, marquant le début de la transformation des infrastructures de tri des matières recyclables au Québec.

Vers un avenir plus durable pour Montréal

Le Centre de Tri de Montréal-Est est une étape essentielle vers un avenir plus durable pour Montréal et le Québec dans son ensemble. Grâce à une collaboration entre les secteurs public et privé, cette initiative repousse les limites de la gestion des matières résiduelles et contribue de manière significative à l'économie circulaire.

À partir du 1er octobre 2024, la matière issue de la collecte sélective jusqu'alors acheminée au Complexe Environnemental St-Michel (CESM) sera gérée par Matrec-GFL, marquant ainsi une transition vers un système plus efficient.

Lire le communiqué.

Crédit photo : Josée Lecompte
Bas de vignette : À l’occasion de la 1ère pelletée de terre en vue de la construction du futur centre de tri de l’Est de l’île de Montréal, entourent le ministre de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, M. Benoit Charette (au centre) : Mme Marie-Andrée Mauger, Mme Maryse Vermette, M. Denis Brisebois, M. Yazan Kano, M. Dave Richmond et Mme Anne St-Laurent (de gauche à droite).

Partager :
1665
Auteur de la page

Julie Desjardins

Travailleure autonome

Modérateur

Emilie Chiasson

Conseillère en communication - Économie circulaire