Les Faiseurs de Terre

  • 2021-02-03 11:39:37
  • /
  • Grandpariscirculaire.org
  • /
  • 177

Fabriquer des substrats fertiles en économie circulaire en alternative à la prédation de terre végétale

  • Porteur principal : Halage
  • Nature de l'initiative : Démarche multi acteurs (collective ...)
  • 6 Rue Arnold Géraux 93450 L'Île-Saint-Denis
  • Date de début : octobre 2020
  • Date de fin : octobre 2021

UN CONSTAT

  • Les aménagements urbains participent à la prédation de terre végétale en zone périphérique, rurale, amenant à fragiliser les écosystèmes naturels et à organiser d’innombrables rotations de camion ; près de 20 millions de tonnes de terre sont importées dans les villes françaises
  • Les grands travaux urbains génèrent l’excavation de terres inertes non polluées en volume important (ex. : Grand Paris Express produit 40 millions de terres excavées)
  • Le principe de l’économie circulaire peut faire naître une filière sur la fabrication de substrats fertiles à partir de matériaux urbains

 

UNE REPONSE : LES FAISEURS DE TERRE

Halage et ses partenaires ont décidé de développer "les Faiseurs de terre", une production de substrats fertiles à partir de matériaux présents en milieu urbain et périurbain (issus de la transformation de déchets), respectueuse de l'environnement et créatrice d'emplois dans une filière encore à inveter.

 

En 2020, les Faiseurs de terre ont lancé leurs deux premiers démonstrateurs sur le site de Lil’Ô, sur L’Île-Saint-Denis, sur la production de substrats fertiles pour des aménagements extérieurs (en groupement avec ECT et neo-eco) et pour la végétalisation de toiture (en groupement avec neo-eco et Topager). En parallèle, une première session de formation pour des personnes éloignées du marché du travail est lancée. En 2021, un premier carnet de commande se profile de la part d’aménageurs et la SOLIDEO attribue le premier marché d’expérimentation de la fabrication de substrats fertiles au groupement piloté par Halage.

Objectifs visés

Fleurs d’Halage est un projet engagé à plusieurs niveaux : l’insertion professionnelle, l’environnement, l’ESS. Il fédère un certain nombre de partenaires d’horizons différents et complémentaires :

  • Les acteurs de la politique de l’emploi : Halage s’engage avec eux dans la mise en place de parcours d’insertion au sein d’un secteur dynamique et d’avenir.
  • Les acteurs du BTP
  • La population locale : à travers un partenariat PPPP (Partenariat Public Privé Population), Halage sensibilise et associe les habitants aux différents projets en les rendant acteurs du développement de leur territoire.

 

Ainsi, Les Faiseurs de terre d’Halage est non seulement un projet engagé, mais également engageant. En incluant un nombre de partenaires important fédérés autour d’une même ambition, Halage souhaite devenir un acteur incontournable de la fabrique de la ville.

Porteur(s) de l'initiative

S’inscrivant parfaitement dans une logique d’économie sociale et solidaire, l’objectif de la création d’un démonstrateur est de valider un modèle de production de substrat fertile en vue de créer une filière locale. Il s’agit ainsi de réutiliser des matériaux pour concevoir un produit 100% issu de la filière du réemploi. Ce projet a également un impact direct sur l’emploi puisque qu’il conduit à la création de postes dédiés et d’une formation spécifique à un nouveau métier urbain non délocalisable "faiseurs de terre", accessible à des personnes ayant un niveau scolaire de niveau v

 

Sur le plan environnemental, outre la conservation des sols fertiles dans les espaces ruraux, les circuits courts de réemploi des ressources locales diminuent le transport et par conséquent les émissions de co2 par la filière. De surcroît, le recyclage local de remblais et de compost sous forme de technosol (sols construits par l’homme) permet aussi de stocker du carbone dans les sols (lerch et al., 2017). A long terme, l’effet du stockage de co2 dans les sols est positif sur l’environnement. A plus court terme, la création de surfaces perméables permet de diminuer l’encombrement des réseaux d’évacuation des eaux pluviales, et de limiter les effets d’îlot de chaleur urbains (morel et al. 2014 ; deeb et al., 2016a et 2016b).

 

Sur un plan sociétal, les technosols peuvent assurer les demandes de terre végétale et de dépollution des sols urbains permettant la continuité et le développement des pratiques de culture en plein terre (agriculture urbaine et jardins partagés par exemple). Ces pratiques sont importantes en milieu urbain car elles permettent aux citadins de répondre à leur besoin d'expériences de nature au quotidien (clayton et al. 2017), à un intérêt de développement des liens sociaux par le travail de la terre, aux intérêts de transmettre un message écologique (bordeau-lepage et vidal, 2013, torres et al. 2017), ainsi que à un intérêt de reconnexion à l’alimentation (pourrias et al. 2015). La fonction de production de biomasse végétale en ville, si elle peut paraître anecdotique au vu de la surface concernée, fait émerger une nouvelle appropriation écologique de leur environnement par des citadins, qui représentent aujourd’hui une majorité de la population mondiale.

 

Sur un plan scientifique et pédagogique, la création de substrat suit un protocole éprouvé ainsi qu’un suivi scientifique (observation) par les salariés en insertion et les visiteurs sur site.

 

La co-construction (entre acteurs de la recherche et du milieux associatif) des technosols répond à une problématique réelle de pollution de sols et permet l’appropriation des questions de dégradation et d’aggradation des sols. Afin d’encourager cette appropriation, un programme pédagogique sera développé sur le site. Ce programme donnera une visibilité plus importante au projet et permettra de sensibiliser le public aux enjeux liés aux sols urbains.

 

Sur un plan économique, cette solution permet de réduire la facture en divisant presque par 4 le coût (transport, achat des matériaux, mélange, stockage) par rapport à une technique traditionnelle. Elle est génératrice d’emploi local, non délocalisable, accessible à des personnes peu qualifiées. Créer des technosols c’est donc réduire l’impact environnemental des aménagements d’espaces verts urbains ou des projets d’agriculture urbaine, tout en créant de la valeur ajoutée sur un territoire.

 

  • Objectif spécifique : Développer la production de compost et de substrats fertiles en tant qu'activité économique dans une logique environnementale responsable et inclusive socialement sur 3 ans ;

 

Nombre de tonnes de substrats produits par des personnes en insertion / Cible : 5000 tonnes en 2021, 40000 tonnes par an les années suivantes.

 

  • Résultat attendu 1 : Une filière de production de substrats fertiles, favorisant l’aménagement durable des villes, en circuit-court, est développée en France ;

 

Surface mise en production : Cible : 10000 m² en 2022

Nombre de projets accompagnés dans la production en insertion : Cible : 2 en France d'ici 2023

Nombre de km parcourus par des substrats commercialisées en BtoB : Cible : 15 km en moyenne

 

  • Résultat attendu 2 : Un écosystème "modèle" est constitué en Île-de-France au service de l'accompagnement des personnes fragiles ;

 

Nombre de personnes engagées en parcours d'insertion ou de formation : Cible : 50 personnes d'ici 2022 / Taux de sortie en emploi : Cible : 100%

Organisation

Prise de concience

Construction d'un collectif de compétences

Expérimentation à petite échelle

Capitalisation in itinere

Résultats obtenus

Accélération : Mise à disposition d'un site d'expéirmentation, premiers financements

Frein : Sourcing des matériaux, changer les perceptions

Courriel

  • Agriculture, foresterie, pêche et chasse
  • Réseaux d'aqueduc et systèmes d'irrigation
  • Fabrication de produits en bois

Étapes de mise en oeuvre

  • Métaux

Partenaire(s) de l'initiative

Plateforme, machines type Mecalac, Palox.

Description

 1 personne par membre des groupements sur l'ingténierie

1 équipe en parcours d'insertion

Outils et méthodologies utilisés

  • ECT Environnement

  • Neo-Eco

  • Topager

Contact

Développer une filière de fabrication en circuit de proximité et en économie circulaire, créatrice d'emplois accessibles aux personnes les plus éloignées du marché du travail.

Zone d’influence

  • Plaine Commune

  • SOLIDEO
Subvention, marché public

Le groupement “Faiseurs de Terre” déploie son démonstrateur de substrat fertile 100% recyclé, local et solidaire.

Cela se passe sur le site de Lil‘Ô à L’Île-Saint-Denis (93). C’est là, que les « Faiseurs de terre »  déploient leur démonstrateur de substrat fertile. Le groupement associe Neo-Eco, Halage et ECT. Il développe une mise en commun de compétences et de moyens. Avec un objectif, valider le processus de fabrication d’un nouveau substrat fertile. Un support  e culture entièrement constitué de produits recyclés : terres inertes, bétons concassés et compost de déchets verts.

La conviction des « Faiseurs de Terre » est que ce substrat fertile, recyclé, local et solidaire doit devenir le support de la végétalisation des territoires. Et qu’il peut constituer un vecteur fort de développement de formation et d’emplois.

Valoriser le processus de fabrication du substrat fertile

Ce démonstrateur est financé par Plaine Commune et par les « Faiseurs de Terre ». Il est la résultante de 2 initiatives distinctes : les consultations et réflexions de Plaine Commune sur le métabolisme urbain et les échanges plus spécifiques des 3 membres du consortium sur les technosols.

L’objectif de cette initiative est d’expérimenter, tester et approuver les conditions et les modalités de réalisation d’un substrat fertile. Ce substrat normé répondra aux différents cas d’utilisations d’espaces verts et d’espaces de nature. C’est ainsi que le pilotage de l’expérimentation définit un cadre technique et scientifique.

La formation « Faiseurs de terres » est partie intégrante de ce projet. Il s’agit d’un programme de formation qualifiante qui s’adresse à des publics en insertion. Cette formation est pleinement associée au démonstrateur et en constitue la ressource humaine.

Un projet qui favorise la végétalisation des territoires

Ce démonstrateur s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire des matériaux et de végétalisation des villes. En effet, le substrat fertile produit par les « Faiseurs de terre » est entièrement issu d’un recyclage de matériaux.

    • Terres et bétons concassés proviennent des chantiers urbains de construction.
    • Le compost vert est produit à partir de déchets végétaux urbain

C’est ainsi que le démonstrateur entend formaliser une traçabilité complète du produit, du producteur du déchet au site de réutilisation.

Enfin par cette expérimentation, les « Faiseurs de terre » veulent produire localement du substrat fertile, à la hauteur du métabolisme urbain d’Ile de France. Ce substrat a vocation à être le support de végétalisation dex grands ou plus modestes projets portés par ce territoire. Et ainsi se donner les moyens de limiter l’aberration environnementale d’une importation massive de terre végétale.

 Financement et appels à projets
 Politique et réglementation
 Technosols
 Insertion
 Economie circulaire
 Substrats
 Fabrique de la ville
 Terre
 Compost

Modérateur

  • Axelle Brongniart

    Chargée de mission

  • Auteur de la page

  • Stéphane Berdoulet

    Co-directeur


  • Autres initiatives internationales

    Plus d'initiatives